Articles

Affichage des articles du décembre, 2015

Rencontre avec Jean-François Queyras samedi 11 juin à 11h

Image
"Par ce récit familial, j'ai voulu raconter une belle histoire, l'histoire multiforme de vies qui se sont déroulées dans l'unité, la continuité et un profond bonheur essentiel. La bonne mémoire, c'est cette force collective qui propulse vers l'avenir et invite à aller de l'avant. Il ne s'agit pas de se complaire dans la contemplation du passé mais d'en éprouver de la joie, de la force, de l'optimisme, pour le prolonger, en construisant un avenir chacun à sa façon. L'intimité des êtres peut être source de lumière."
Jean-François Queyras vit aux Iscles, à Forcalquier. L’art a toujours été présent dans sa vie : la terre, la peinture, et la musique.  Jean-François Queyras et sa famille ont fondé un festival : Les rencontres musicales de Haute Provence qui existe et se développent depuis plus de 30 ans. 

Rencontre avec Catherine Poulain jeudi 19 mai à 19h

Image
Aventurière dans l'âme, Catherine Poulain a multiplié les voyages, s'est passionnée pendant 10 ans pour la pêche en Alaska, et vit aujourd’hui entre les Alpes de Haute-Provence et le Médoc, où elle est respectivement bergère et ouvrière viticole. Le Grand Marin est son premier roman publié aux éditions de l'Olivier
Partir. Pour oublier la grisaille des jours, la routine d’une vie toute tracée, la douleur des pertes irréparables.
Partir aussi pour se sentir vivant, pour éprouver l’ivresse d’une nouvelle légèreté, pour tester ses limites, connaître ses ressources intimes. Partir pour voir le ciel des autres, et repousser son horizon à l’infini. Partir, nous sommes nombreux à en rêver, et bien peu à le réaliser. Alors qu’aujourd’hui le mot voyage appelle quasiment automatiquement l’épithète organisé, les semelles de vent ne sont plus un article très prisé. C’est dorénavant à la télévision, vautré dans son canapé, que l’on découvre les terres inconnues. Mais, parfois, quelqu’…

Rencontre avec Pierre Ducrozet jeudi 10 mars à 18h30

Image
Eroica : à la fin des années 1970, un jeune Américain, fils d’un Haïtien et d’une Portoricaine, recouvre les murs de Manhattan de phrases énigmatiques qu’il signe du nom de SAMO. Quatre ans plus tard, riche et célèbre, il invente un langage pictural d’une puissance inégalée, fait de corps, de mots, de rage. Jean-Michel Basquiat, aujourd’hui considéré comme l’un des plus grands peintres du xxe siècle, devient ici, pour la première fois, un personnage de roman. Pierre Ducrozet suit le parcours d’un garçon qui se rêve héroïque dans un monde qui ne l’est pas. Rock, hip-hop, clubs de l’East Village et galeries de SoHo ; dans ce New York en pleine renaissance émerge une nouvelle scène artistique autour de lui, de Keith Haring et d’Andy Warhol. Basquiat peint, danse, cavale, et devient le symbole des années 1980. Au-delà de la légende, Eroica raconte le combat d’un artiste contre le monde, et contre lui-même. Il a le génie, il a la grâce. Aura-t-il le courage ? Un personn…

Samedi 23 avril : Fête de la librairie par les libraires indépendants et dédicace avec Jean-Charles Blanc

Image
Chants de Rossignols de Jean-Charles Blanc Préface de Atiq Rahimi paru aux éditions Verlag Kettler, 2015 prix : 39€


Chants de Rossignols par l'auteur Ces photos furent prises lors d’un séjour de deux années, 1971-72. J’avais voyagé loin de Kaboul, dans les campagnes reculées, partageant la vie villageoise de populations accueillantes, tolérantes et curieuses de rencontrer le voyageur venu de loin. 
2004, trente ans plus tard, au retour d’un dernier voyage, je retrouve ces photos, traces de saisons partagées avec ces hommes et ces femmes…Au fond, qu’est-ce qui a changé entre ce que j’ai revu à Kaboul ou ailleurs et ce qui est montré dans ce livre ? Peu de choses, si l’on s’en tient à la vie d’une journée. Les décors du quotidien sont les mêmes. Les ruines de ces longues années de guerre sont venues compléter les ruines d’antan. L’esprit du bazar est toujours le même. J’y ai entendu les mêmes bruits, les mêmes rengaines. J’y ai senti les mêmes odeurs. J’y ai retrouvé le même système D, …